Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Balle / dans ton camp Balle dans ton camp, un blog explorant les multiples facettes de l'actualité.

Balle anti-stress

Balle dans ton camp

balle

Maudit toubib : qu’il m’énerve avec sa science infuse, ses réponses à tout va, ses solutions miracles, ses commentaires sur ma façon de vivre. Il est bien gentil avec ses petites lunettes rondes et son sourire en coin, attendant impatiemment de finir sa journée pour pouvoir aller taper dans la balle, sur le green, avec son collègue proctologue et le directeur de l’hôpital. Impatiemment parce que c’est vrai que l’hosto ça peut vite de venir le bureau des plaintes et que ça peut être une vraie tare dans le métier. Prenons un pauvre urgentiste : sa mission consiste à sauver des vies … Tout du moins à traiter des individus dans l’urgence pour pallier un risque supplémentaire si rien n’est fait. En attendant, l’urgentiste se retrouve souvent devant des incapables qui, n’ayant pas totalement saisi le concept d’urgence, viennent pour un rhume. Dans ces cas spéciaux, vaudrait peut-être mieux rediriger les malades vers le service psychiatrie : ça ferait de mal à personne. 

 

Bref, passons. Dans la mesure où quand on est malade on essaye de se soigner, il faut choisir entre le docteur pédant d’un côté, petites chaussures cirées et sourire hypocrite dans son cabinet froid, puant et moche, et de l’autre le petit chinois du quartier, diplômé en acupuncture, acupressure, réflexologie (et toute une liste de pratiques occultes) et qui vous accueille dans son salon tellement embaumé à l’encens bon marché qu’un pas dans son salon et on se croirait déjà en Chine. Et là on parle du bon vieil acupuncteur, qui à part ses diplômes obtenus dans son pays d’origine, ne connait pas vraiment les normes et l’hygiène « à l’occidental ». 

Ainsi, la médecine serait un continuum aux deux bords opposés : la bonne vieille science occidentale, rationnelle, empirique, contre le savoir oriental, pratiques millénaires et ancestrales sans preuve scientifique de son efficacité, une lutte symbolique à la portée bien plus lointaine que l’on pourrait l’imaginer : la modernité contre la tradition ; la science contre l’occultisme ; la chimie contre l’alchimie. Une opposition structurante donc, dans laquelle notre esprit se meut à chaque fois que nous cherchons à résoudre un problème de santé. 

Pour certains, c’est clair, faut aller à l’hôpital, voir le médecin, faire des analyses,  acheter tous les médicaments possibles : en somme, se soigner activement. 

Pour d’autres, pas possible, la solution c’est de bien manger, aller voir les rebouteux et autres manipulateurs de force occulte, laisser passer et miser sur son mental : des résultats sur certains, parfois aucuns.

 

Du coup, est-ce mieux de carburer au thé, avec à balle de miel et à balle de plantes étranges ; d’avaler du gingembre, du curcuma et de l’ail, aliments réputés pour leur caractère particulièrement sain ; et puis de temps en temps, se foutre des aiguilles dans le corps, avaler des huiles diverses, s’introduire de la poudre dans le nez et se frotter les dents avec un morceau de bois. Ça a un côté kitsch, certes, mais on n’est pas à l’abri d’une impureté découverte lors d’un examen classique réalisé trop tard.

 

Sinon, on peut à la moindre inflammation, au moindre éternuement ou toussotement, au moindre sentiment de faiblesse, se diriger rassuré vers l’institution médicale si rassurante (et quand c’est remboursé, c’est de la balle). Faut le dire, les séances peuvent ne pas être toujours des plus agréables : il suffit de tomber sur un médecin un peu taré, genre celui qu’on va trouver dans Human Centiped. Mais cette fois, au moins, on est à peu près sur de sortir avec un remède et à peu près sur d’être un jour soigné.

 

Bref, hésiter entre ces deux comportements extrêmes est normal, certainement, il faut trouver le subtil mélange. La balle est dans votre camp !

Commentaires